Programmation

Les Samedis Musicaux chez Jean Cocteau

À 18 heures. Jardin de la Maison

Pour la première fois, la Maison Jean Cocteau propose un cycle de concerts illustrant la passion du poète pour la musique et l'amitié qu'il a entretenu avec les musiciens du XXe siècle. Cette série de six concerts en plein air - si le temps le permet - se propose d’illustrer l’extraordinaire place qu’occupe la création musicale dans l’univers de Jean Cocteau, toutes diversités esthétiques confondues.

Les compositeurs du passé sur lesquels le poète a tant écrit – comme Claude Debussy et Maurice Ravel – y côtoient ses contemporains ou presque, tels que Reynaldo Hahn, Igor Stravinsky, Erik Satie, le groupe des Six ou Piaf. L’extraordinaire éclectisme de Cocteau et sa passion pour les multiples formes de l’art de son temps nous entraînent aussi bien dans l’univers du chant, de la danse que vers la musique pour le ballet ou pour le cinéma.

D’une durée d’une heure, chaque concert propose un mélange d’œuvres originales ou de transcriptions, pour des formations vocales et instrumentales allant du récital de piano au trio. À chaque concert, dans l’esprit des salons de musique, les musiciens diront quelques mots sur les œuvres interprétées.

Pour cette série de concerts, le compositeur Marc-Olivier Dupin a été chargé d’imaginer un programme reflétant la diversité des goûts musicaux et des influences de Jean Cocteau.

Cocteau, le Groupe des Six et l’Espagne

→ Le samedi 22 juin 2024 | À 18h

Jean-Marc Zvellenreuther, guitare

Mensonges et vérités

→ Le samedi 29 juin 2024 | À 18h

Sylvie Lassaque et Karine Tripier, mise en scène
Constance du Bellay, piano et harpe

Le Premier Cercle

→ Le samedi 6 juillet 2024 | À 18h

Les belles et les bêtes

→ Le samedi 13 juillet 2024 | À 18h

Le bœuf sur le toit

→ Le samedi 24 août 2024 | À 18h

Cocteau, mythes et légendes

→ Le samedi 31 août 2024 | À 18h

Marc-Olivier Dupin, instrumentations,
Hélène Giraud, flûte, Guillaume Leroy, alto,
et Florence Dumont, harpe

Mélanges

→ Le samedi 7 septembre 2024

Quatuor Hélios

Christel Rayneau, flûte

Nathanaëlle Marie, violon

Isabelle Lequien, alto

Christophe Beau, violoncelle

Erik Satie, Darius Milhaud, Francis Poulenc, Georges Auric

Les rues de Paris / ou L’Eldorado de Cocteau

→ Le samedi 14 septembre 2024 | À 18h

Arnaud Marzorati, chant

Nos autres rendez-vous culturels

La Maison Jean Cocteau de Milly-la-Forêt ouvre ses portes à partir du 3 mai !

→ Du vendredi 3 mai 2024 au dimanche 3 novembre 2024

À l’ombre du château de la Bonde qui constitue son écrin, la Maison du Bailli que Jean Cocteau a acquise juste après le tournage de La Belle et la Bête, a été son refuge, de 1947 à 1963. Ici, tout évoque le goût de Jean Cocteau pour le beau, le merveilleux et l’insolite.

Visiter sa maison, se promener dans son jardin est une traversée du miroir, de notre monde vers le sien. Tout, de l’eau des douves qui coule sous les ponts et qui miroite sur le plafond du salon, aux tourelles en encorbellement qui encadrent l’entrée au fond de l’impasse, participe à la poésie du lieu, évoque le génie de cet artiste. Cette maison est modelée à son image.

Quoi de neuf en 2024 ?

Propriété de la Région Ile-de-France depuis 2019, la Maison agrandit les espaces de visites. En 2024, le second étage de la Maison, jusqu’ici fermé au public, sera partiellement ouvert. Cet étage, dévolu à Jean Marais du vivant de Jean Cocteau, sera l’occasion d’évoquer la relation entre ces deux personnages, la force de leur amour et les œuvres, théâtre, dessins, sculptures, poèmes, films, qui en sont les traces.

Demandez le programme !

Au printemps et en été, la végétation envahit les jardins, les fleurs parent les plates-bandes, les pommiers en espalier délimitent les carrés du verger. Ce cadre exceptionnel permet d’y présenter les Samedis musicaux chez Jean Cocteau, reprenant la tradition des salons de musique chers à ses contemporains. Du 22 juin au 14 septembre, les samedis à 18H, on y entendra les mélodies, les chansons que Jean Cocteau appréciait, et dont la diversité témoigne de son éclectisme. Demandez le programme !

La buvette

La Maison Jean Cocteau accueille également les visiteurs qui souhaitent seulement déambuler dans le jardin. Nouveauté de cette année, une buvette avec boissons chaudes et rafraichissements, gâteaux et glaces est installée ainsi qu’une boutique qui privilégie les produits locaux.

Marais, l’autre Jean

Lorsque Jean Cocteau crée Œdipe Roi en 1937, il cherche un interprète pour le rôle-titre. Fasciné par Jean Marais, tout jeune acteur athlétique et solaire mais et totalement inexpérimenté, il l’engage pour un rôle muet.

Cette rencontre est le début d'une relation profonde, d'amour, de complicité, d'inspiration et de respect qui perdurera au-delà de la mort de Jean Cocteau.

Plus rien ne subsiste de l’aménagement de la chambre de Jean Marais à Milly-la-Forêt. Pour autant, lui qui a déniché la Maison pour son amant a laissé le souvenir de l’immense vedette de cinéma, adulé dans les années 50, qui venait simplement chercher son journal au village.

Dans la Maison, une évocation de la relation qu’ont entretenu les deux Jean est présentée, accompagnée de documents et d’objets qui en attestent : objets du quotidien, sculptures, dessins, photographies, images d’archives, mis en scène et en lumière dans l’espace de l’ancienne chambre, ouverte sur le jardin. On découvre également une œuvre de Jean Cocteau, dessinée à la craie sur un tableau noir, dévoilée pour la première fois.

Parcours théâtral

→ Du samedi 18 mai 2024 au dimanche 8 septembre 2024 | À 14h00, 15h00 et 16h00

  • Samedi 18 et dimanche 19 mai (Nuit des musées 2024)
  • Samedi 1er et dimanche 2 juin
  • Samedi 6 et dimanche 7 juillet
  • Samedi 7 et dimanche 8 septembre

Fête de la Musique 2024

→ Le dimanche 23 juin 2024

Festival de la CC2V

→ Le samedi 20 juillet 2024 | À 14h

Journées Européennes du Patrimoine 2024

→ Du samedi 21 septembre 2024 au dimanche 22 septembre 2024 | À partir de 14h

Expositions

Prenez garde à la musique

→ Du jeudi 4 mai 2023 au mardi 31 décembre 2024

Les univers musicaux de Jean Cocteau

« Prenez garde à la peinture, disent certaines pancartes. J’ajoute : Prenez garde à la musique. Attention ! Soyez bien sur vos gardes, car seule parmi tous les arts, la musique vous tourne autour. »

S’il est connu des amateurs pour être le « père spirituel » du Groupe des Six, Jean Cocteau a découvert, accompagné, suscité les nouvelles formes musicales du XXe siècle. C’est un paradoxe à la Cocteau : il n’est ni compositeur ni interprète, et pourtant il a joué un rôle important dans les mouvements artistiques de la musique du XXe siècle.

Fasciné par la modernité des expressions artistiques, il n’a pas pu laisser de côté un art que pourtant, à la différence de presque tous les autres, il n’a jamais pratiqué.

L’exposition présente les différentes formes qu’a pris pour Jean Cocteau sa passion pour la musique. Jeune homme, il apprécie d’accompagner son grand-père aux concerts du Conservatoire et y découvre la musique classique. En 1913, Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky transforme définitivement sa perception de la musique : au même titre que la littérature ou la peinture, la musique doit coller à la modernité du siècle naissant ! Le Coq et l’Arlequin (1918) est un manifeste pour une musique française de France qui n’imite pas l’allemande de Wagner ou la russe de Stravinsky. Avec Erik Satie, la musique devait être « sans sauce ». Jean Cocteau, animateur du Groupe des Six, pousse ces jeunes compositeurs, tout juste sortis du Conservatoire, à emprunter au music-hall, au cirque. Le jazz et la chanson acquièrent leurs lettres de noblesse.

« En musique, la ligne c’est la mélodie. Le retour au dessin entraînera nécessairement un retour à la mélodie. »

Commissariat : Groupement d’intérêt public (GIP) Maison Jean Cocteau
Scénographie : Frédéric Beauclair

Marais, l’autre Jean

→ Du vendredi 3 mai 2024 au mardi 31 décembre 2024

Cette rencontre est le début d'une relation profonde, d'amour, de complicité, d'inspiration et de respect qui perdurera au-delà de la mort de Jean Cocteau.

Plus rien ne subsiste de l’aménagement de la chambre de Jean Marais à Milly-la-Forêt. Pour autant, lui qui a déniché la Maison où s’installe Jean Cocteau en 1947 a laissé le souvenir de l’immense vedette de cinéma, adulé dans les années 50, qui venait simplement chercher son journal au village.

Dans la Maison, une évocation de la relation qu’ont entretenu les deux Jean est présentée, accompagnée de documents et d’objets qui en attestent : objets du quotidien, sculptures, dessins, photographies, images d’archives, mis en scène et en lumière dans l’espace de l’ancienne chambre, ouverte sur le jardin. On découvre également une œuvre de Jean Cocteau, dessinée à la craie sur un tableau noir, dévoilée pour la première fois.